Alexandre BARBET

gris Doctorant en sociologie
gris Institution : INRAE
gris Mail :alexandre.barbet@inrae.fr
Tél : 03 80 77 23 63

Thèse : « Migrations et requalifications du territoire en milieu rural. Le cas d’une zone frontalière »

Encadrants :

  • Nicolas RENAHY Directeur de recherche INRAE
  • Ivan BRUNEAU Maître de Conférences en Sciences Politiques

Résumé :

Les migrations d’hier et d’aujourd’hui en milieu rural sont restées peu étudiées ces dernières années, y compris dans les sciences sociales. Les zones rurales frontalières donnent pourtant à voir une pluralité de migrations à la fois inter, intra-nationales et transfrontalières, qui sont au cœur d’une dynamique industrielle en perte de vitesse, d’une redéfinition des frontières nationales et des transformations contemporaines des espaces ruraux. À travers une enquête ethnographique dans une zone particulièrement touchée par ces phénomènes, ce projet vise à forger une typologie de ces migrations plurielles et à réinscrire leurs protagonistes dans une histoire et un contexte local, dans des trajectoires sociales et familiales, des pratiques et relations sociales, des usages et appropriations du territoire. Quel lien peut-on ainsi établir entre ces mouvements migratoires et les inégalités socio-spatiales ? Dans quelle mesure la variable migratoire modifie-t-elle la compréhension des phénomènes de distinction entre des groupes sociaux territorialisés ? Quel point de vue ces migrations nous offrent-elles pour comprendre les évolutions contemporaines des mondes ruraux, et en quoi requalifient-elles les territoires ?
Abstract
Past and present migrations in rural areas have remained on the margins of public concerns in recent years and, with some exceptions, in the social sciences as well. Still, the rural borderlands are home to a plurality of international, intra-national and cross-border migrations, especially in a context of deindustrialization, reshaping of national borders and larger social transformations. Through an ethnographic study in an area particularly affected by these phenomena, this project aims to draw up a typology of those plural migrations by reincorporating their protagonists within local and historical contexts. What link can we establish between these migratory movements and sociospatial inequalities? To what extent does the migratory variable modify the understanding of distinction processes between territorialized social groups? How these migrations help us to understand the contemporary social changes in rural areas?